www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
La Philatélie ensoleillée
Forum axé autour de la Philatélie

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


l'Echo de la Timbrologie
octobre   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  l'Echo de la Timbrologie

Numéro 1943 - Octobre 2019 ÉDITORIAL : People et peuple

(Sophie Bastide-Bernardin)
Actualités
- Phila-Sens 2019, une manifestation aux multiples facettes
- Marcophilex XLIII à Montrond-Les-Bains
- Vote des thématistes musique pour l'année 2018
- L'élection de la plus belle carte-maximum 2018
- Congrès national à Rochefort
- Renaissance au Château de l'Isle
- Vues de la Martinique au Musée de la Carte Postale d'Antibes
- Quand la philatélie met en scène le patrimoine
- Les prix de l'AEP 2019
- Au salon toutes collections de Mulhouse

Multimédia : Pour mieux comprendre ce qu'est le CPS
Du 10 au 13 octobre 2019, Phila-Sens sera l'occasion pour le club philatélique sénonais (CPS) de fêter ses quatre-vingts ans. Nous avons voulu en savoir un peu plus sur cette vénérable association en naviguant sur son site internet. Nous avons, tout d'abord, découvert qu'elle regroupait trois sections : philatélie, cartophilie et numismatique. Puis, au fil des pages, nous nous sommes rendu compte que ses membres prenaient leur collection au sérieux- au vu des nombreuses études et conférences produites par eux - sans se prendre au sérieux - blagues en BD ou encore portrait du fantasque Henri Aurousseau à l'appui. Et puis, cette visite nous a offert un beau panorama de la ville de Sens, que ce soit au travers des illustrations de l'artiste Roland Irolla ou par l'intermédiaire d'un article illustré en philatélie. Bref, nous avons ici saisi l'esprit du club philatélique sénonais.
Voir : cps89.free.fr

Autocollants
- 31e Chrono Champenois
- Châteaux de la Renaissance
- Des fruits et des légumes

TOUT PHOTO : Le patrimoine en fête au Carré Marigny
Le Premier jour, jeudi 12 septembre, du carnet "Ensemble, sauvons notre patrimoine" a été l'occasion pour Phil@poste d'inviter Stéphane Bern. Il ne vous aura pas échappé que la signature du célèbre animateur orne d'ailleurs ce carnet promotionnel de son action au service de la sauvegarde du patrimoine, ainsi que celle de la Fondation Patrimoine. D'autres invités anonymes ou de renom, tous amoureux du patrimoine, ont pris part à cet événement qui a été, de plus, marqué par la signature officielle de la convention de Paris-Philex 2020. Jeanne d'Hauteserre, maire du 8e arrondissement, a ouvert la cérémonie en reconnaissant qu'il y avait moins de clients réguliers au Marché aux Timbres de Paris aujourd'hui qu'à l'époque où Stéphane Bern le fréquentait en culottes courtes. Mais elle a souligné qu'un événement comme celui-ci contribuait à l'animer. Gilles Livchitz est ensuite revenu sur les partenariats philatéliques avec Stéphane Bern - trois timbres en lien avec son émission télévisée Le Village préféré des Français et deux livres réalisés avec la participation de l'ADPhile. Célia Vérot, directrice de la Fondation du Patrimoine, a ensuite salué l'action de Stéphane Bern qui a réussi "à mobiliser des fonds pour le patrimoine à la fois très significatifs et, en même temps, insuffisants car il en faut beaucoup plus". Elle a particulièrement trouvé plaisant le fait d'avoir, au cours de cette mission, révélé « aux Français leur amour profond pour leur patrimoine local ». À travers la plate-forme participative dédiée au signalement des sites en danger, les Français ont notamment pu redécouvrir leur patrimoine. Elle a conclu en saluant le magnifique "support de communication" de ces timbres qui sont "un premier pas dans une aventure qui nous amènera heaucoup plus loin". Dans son allocution, le seul regret exprimé par Stéphane Bern pour toute l'opération du carnet "Ensemble, sauvons notre patrimoine" a eté l'absence de surtaxe sur ces timbres."
Variétés - Rougissante Marianne
- Marsupilamis en folie

La puce à l'oreille (Nouvelle rubrique, réalisée en partenariat avec la CNEP) : Trucage pas royal pour timbre impérial
Timbres faux, réparés ou encore truqués : les pièges pour les acheteurs sont nombreux. Nous vous présentons, dans cette rubrique, des achats malheureux effectués récemment par des philatélistes et nous vous révélons ce qui aurait dû leur mettre la puce à l'oreille. L'occasion pour vous de tester vos connaissances et d'apprendre à ne pas faire les mêmes erreurs.
Le 25c bleu "Empire" YT15...
Rencontre : Nouveautés exclusives Yvert et Tellier
La sortie du catalogue Yvert et Tellier des Timbres de France est l'un des événements de la rentrée philatélique. Au moment où nous écrivons cette interview, à la mi-septembre, seuls quelques exemplaires ont ete remis à des personnalités, à l'instar de Stéphane Bern, mais le grand public attend encore ce nouvel opus. Benoît Gervais, P.-D.-G de la célèbre maison amiénoise, nous le présente, ainsi que d'autres nouveautés.
TOUT PHOTO : La Révolution s'affiche inaugurée en philatélie
Mercredi 18 septembre, en fin de journée, Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, avait réuni dans les salons de l'hôtel de Lassay des personnalités pour l'inauguration de l'exposition La Révolution s'affiche et la présentation du collector de quatre IDTimbres l'accompagnant. Il ouvrait l'événement par un vibrant discours qu'il adressait notamment à « mesdames, messieurs, citoyens et citoyennes ». C'était alors pour lui l'occasion de rappeler que « deux cent trente ans » auparavant « jour pour jour, le 18 septembre 1789, » son « prédécesseur à la présidence de la toute récente Assemblée nationale recevait la promulgation par le Roi des articles votés dans la nuit du 4 août » (...) « C'était la fin définitive des privilèges des droits féodaux en France ». L'innovation de cet événement, insistait-il, était la « loi discutée et votée, adoptée par une assemblée parlementaire, incarnant tout à la fois l'unité et la diversité de la Nation ». Et de poursuivre : « ce qui fut véritablement révolutionnaire en 1789, le 17 juin, ce fut l'apparition de 1'Assemblée nationale ».
Éclairage : Numéroter ou pas, telle est la question
Les éditions millésimées des catalogues de cotation font partie des événements de la rentrée philatélique. Avant de coter les timbres, se pose parfois la question de la présence de certains produits dans les catalogues, ainsi que de leur place et de leur numérotation. Notre correspondant italien nous explique pourquoi, en la matière, certains choix lui semblent discutables.
Découverte : La pelote basque, meilleur ambassadeur d'Euskal Herria
La pelote basque ou Euskal pilota se pratique au Pays Basque - Euskal Herria -, des deux côtés de la frontière franco-espagnole. Plus largement, le Sud-ouest français s'est laissé séduire par cette discipline qui a aussi conquis tous les pays d'Amérique à forte immigration basque. La philatélie en offre une approche intéressante à travers des pièces variées qui sont autant d'invitations à découvrir les origines de ce sport, le matériel utilisé, les règles du jeu et ses évolutions. Extraits de la collection de Jacques Consejo.
TOUT PHOTO : Les Encres de la Libération, l'exposition de la rentrée
Ce matin du 244 août 2019, l'ambiance prenait des allures de joyeuses retrouvailles à la salie Jean Mouly où était inaugurée l'exposition conjointe des associations des Collectionneurs de Timbres de la Libération (ACTL) et du 24 Août 1944. C'était la rentrée philatélique parisienne et les habitués de ce type de manifestation s'étaient donné rendez-vous dans la cour de la mairie du 4e arrondissement de Paris. C'était également une journée commémorative émouvante pour les descendants des combattants de la Nueve lesquels, soixante-quinze ans après, se réunissaient pour fêter la Libération de Paris à sa « vraie date » (lire aussi L'Écho no 1941 p. 27). L'Echo de la Timbrologie a pu découvrir les collections présentées et rencontrer les participants à cet événement dont voici le compte-rendu en images.
Étude : L'affranchissement des cartes postales illustrées, de novembre 1899 jusqu'au 30 novembre 1903
En novembre 1899, un texte précise que le tarif des imprimés s'applique, dans certains cas, aux cartes postales. Cette première partie vous en présente des exemples avec des cartes au tarif à 1 c, timbrées au type Sage, d'une part et au type Blanc, d'autre part, ainsi que des cartes au tarif à 5 c avec des affranchissements au type Sage.
POLAIRES : Campagne d'été 2016-2017 (suite)
La fin de la campagne L'été est marquée par une certaine effervescence : philatéliques scientifique mais aussi médiatique. Et tous les souvenirs de cette période restent à jamais fixés sur de très beaux plis polaires.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de L'Echo de la Timbrologie

Voir également :
les autres titres
Timbres Magazine
octobre   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 215 - Octobre 2019 ÉDITORIAL : Donnez votre avis
I y a tout juste trois ans, nous déménagions de la rue du Sentier à Paris pour Bagnolet. C'est un soulagement de voir l'équipe de votre magazine installée et opérationnelle dans les nouveaux locaux à Paris ainsi que ceux de Lille, ces derniers ayant fait l'objet de quelques aménagements. Un gros travail car il s'agissait non seulement de transporter et reclasser notre impressionnante documentation - sans laquelle nous ne pourrions rédiger des articles - mais également d'assurer la migration de l'informatique. Celle-ci a été entièrement revue afin d'utiliser de nouvelles technologies. Comme vous vous en doutez ce ne fut pas forcément simple, le diable se cachant souvent dans les détails. Un changement de bureaux insuffle de l'énergie, l'envie d'entreprendre et de se remettre en question. J'aimerais que Timbres magazine évolue, peut-être la maquette, très certainement le contenu. Vous avez sûrement des attentes, voici l'occasion de nous en faire part. Si vous le souhaitez, répondez à ce court questionnaire afin de nous faire part de vos idées.
(Gauthier Toulemonde)
Le bureau postal militaire de la 2e DB
Dès 1941 après la victoire des Français libres au Levant est créée une poste aux armées dotée de six timbres à date deux cercles. Le dernier, « poste aux armées F.F.L. 6 » est attribué à la colonne volante française (Free French Flying Column) du Commandant Rémy.
Une affaire de papiers
Le papier est le premier élément matériel du timbre-poste. Pour autant, son étude est difficile compte tenu du fait qu'il ne concerne que rarement les problèmes postaux et donc l'administration ne communique pratiquement aucun élément à son sujet. De plus, les fabricants se comptent par dizaines. Nous proposons d'effleurer le sujet avec une construction théorique ordonnée selon les buts recherchés.
Au coeur de la philatélie du Sénégal
Pour prolonger un peu les vacances, partons en voyage au Sénégal, pour un peu de « tourisme philatélique » comme nous aimons le faire de temps à autre...
Lorsqu'un petit Blanc découche, il laisse des isolés
Il aura fallu attendre 70 ans pour que quelques collectionneurs s'intéressent aux types Blanc et publient études et ouvrages. Presque 50 ans après, Gilles Toussaint, passionné par ces petits timbres, fait de même et nous propose quelques « must » extraits de ses deux ouvrages dédiés aux types Blanc.
Aux quatre coins de la France, les séries touristiques de 1960 à 1963
1960 est une année charnière : l'ancien franc fait place au nouveau. Et qui dit nouvelle monnaie dit évidemment nouvelles émissions philatéliques, libellées en francs Pinay. Les tout premiers timbres à être délivrés aux guichets sont des petits formats d'usage courant, qui dormaient déjà dans les cartons : il s'agit de reprises de motifs déjà connus des usagers, modifiés pour s'adapter à la nouvelle monnaie. Les premiers timbres réellement inédits en nouveaux francs prennent la forme d'une série touristique de grand format, émise en grande quantité. D'autres grandes séries touristiques lui emboitent le pas, car les usagers en sont friands, et il y a de quoi: les motifs invitent à l'évasion, en rappelant des monuments et paysages emblématiques de métropole, d'Algérie ou encore d'outre-mer.
Carnet de voyage : Jean-Jacques Mahuteau
Intimement liée à la philatélie, l'histoire moderne de la Nouvelle-Calédonie coïncide avec l'essor de la Poste dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le courrier dans la nouvelle colonie est né dans les année 1850 et grâce aux navires des santaliers australiens, les plis vers la métropole transitaient par Sydney ou Hong-Kong.
L'Empire ottoman à son apogée
Cette histoire débute en 1453 avec le siège de Constantinople par les Ottomans et connaît son point le plus flamboyant avec le règne de Soliman le magnifique. De nombreux timbres turcs, mais également hongrois, grecs ou albanais, nous la content...
Il y a cent ans, les timbres-monnaie
1920, en France. La Grande Guerre est encore dans toutes les mémoires. Ses effets sont loin d'avoir disparu. Parmi ceux-ci, une pénurie, celle de la « mitraille ». Un nom dont on pourrait imaginer qu'il faisait référence à quatre années de combats dans les tranchées. En fait il désigne tout autre chose : la petite monnaie, en l'occurrence les pièces de 1, 2, 5 voir 10 et 20 centimes. Au fil des années celles-ci avaient été retirées de la circulation pour être recyclées en douilles de balles et d'obus constituées impérativement de métaux non ferreux : cuivre, laiton...Il fallait donc pallier ce manque de pièces de billon.
Oublis ou bien tentatives de s'approprier une taxe ?
Une lettre, avec ou sans timbres, revêtue de nombreuses marques postales a fière allure et attire notre regard. Mais les marques solitaires ne sont pas sans intérêt, à condition de pouvoir en déterminer la raison. Dans les exemples qui vont suivre il n'existe au recto de la lettre qu'une seule marque postale, alors que deux différentes, au moins, auraient été réglementaires. Les bonnes âmes penseront « oubli », les plus malveillantes « fraude » : A vous de juger.
Cartes postales : Les années noires
L'intérêt que l'on porte à la sombre période de l'Etat francais et de l'occupation de la France par l'armée nazie inclut toutes les images de propagande de cette époque. A des degrés divers, les cartes postales illustrées en font partie. Il importe d'examiner ces pièces de collection avec discernement en tenant compte des circonstances au cours desquelles elles furent fabriquées et diffusées. Quoi qu'il en soit, aucune carte postale ne pouvait échapper à la censure. Aucun courrier ne pouvait circuler sans encourir les risques d'un contrôle.
La chronique de Socrate : faire du bien dans la joie
Ce n'est autre que la devise de la République de Montmartre fondée le 7 mai 1921. Elle a pour membres fondateurs les dessinateurs Adolphe Willette (président jusqu'en 1923 et pilier du Chat noir), Francisque Poulbot, Jean-Louis Forain et Maurice Neumont. Une république qui fait suite à la Commune libre de Montmartre née un an auparavant, laquelle consacrait Jules Depaquit du parti « antigrattecieliste ». Il faut dire qu'il n'avait pas lésiné sur les promesses pour se faire élire avec ses toboggans pour descendre la butte Montmartre et des trottoirs roulants pour aller d'un bistrot à l'autre. Que dire de la réforme du calendrier avec la semaine de dix jours dont quatre de repos sans parler de la suppression des mois de décembre, janvier et février, Depaquit détestant l'hiver Comme nous l'évoquions dans le hors-série IV, la Commune libre de Montmartre a émis une série de quatre valeurs, imprimée en feuilles de 20 en 1923. Y figure « La vache enragée », allusion au célèbre cabaret montmartrois mais aussi au quotidien, tenant lieu de Journal Offficiel. Toujours la même année, les valeurs faciales de nos vignettes sont annulées par des traits de couleurs en diagonale, à la suite probablement de récriminations des autorités. En 1924, la série est modifiée avec de nombreux sous-types. A sa mort en 1926 Jules Depaquit est remplacé par Pierre Labric qui devient le second maire de cette vénérable institution. Ce dernier s'est en outre singularisé en descendant à bicyclette les escaliers de la tour Eiffel et par la création, rue Lepic, de la « course de lenteur » où s'affrontent de vieux tacots. Devenue la Commune libre du vieux Montmartre, elle a la reconnaissance en 1934 du président de la République Albert Lebrun à l'occasion des fêtes des premières vendanges de Montmartre, rue des Saules, avec pour parrain Fernandel et Mistinguett pour marraine. A l'origine de la renaissance des vignes, Poulbot qui, avec son ami architecte Romain Delahalle, s'opposent à un projet immobilier. Ils créent dans l'urgence une aire de jeux pour les enfants de la Butte baptisée « Square de la Liberté ». Y naîtra l'idée d'y planter des vignes. La tradition vinicole de la butte, initiée par les Romains puis développée par les Abbesses de Montmartre, retrouve ainsi ses racines. Cette fête perdure aujourd'hui. La prochaine édition se déroulera du mercredi 9 au dimanche 13 octobre. Je m'y rendrai certainement maintenant que nous sommes montmartrois. Elle demeure populaire (troisième événement parisien par sa fréquentation) et présente l'intérêt de mettre la gastronomie à l'honneur, ce qui n'est pas pour me déplaire.
En me remémorant ces vignettes, je me suis fait la réflexion que votre Socrate n'avait plus rien d'une vache enragée, consacrant nombre de ses chroniques à raconter des histoires. J'ai de bonnes raisons de penser que dans ce quartier inspirant, à l'esprit frondeur, je serai moins sage. A propos de ruminant, on remarquera sur cette carte postale de Montmartre, l'entrée de la vacherie rue du Mont Cenis, à deux pas des bureaux de Timbres magazine.
Faire du bien et collectionner dans la joie, voilà en tout cas une devise que je m'approprie bien volontiers. J'espère encore de longues années accompagner les philatélistes dans leur passion, car rédiger cette chronique reste un plaisir.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques