www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Timbrophile
Pour tous ceux qui veulent connaître les dernières nouvelles et événements autour des timbres émis en France!!!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
mars   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 198 - Mars 2018 ÉDITORIAL : J. O. coréens
Comme vous pourrez le lire dans le dernier hors-série, les timbres revêtent une importance toute particulière pour les dirigeants de la Corée du Nord. Les émissions sont régulièrement centrées sur la propagande antiaméricaine avec des images et des slogans éloquents. C'est ainsi que les Américains sont traités de « bâtards », que l'on voit Richard Nixon transpercé par les stylos rageurs de journalistes ou récemment encore un timbre montrait un poing vigoureux écrasant un avion yankee.
Cet éditorial est rédigé juste après la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud. Grâce à une habile propagande, ils s'annoncent être plutôt ceux de son imprévisible voisin du nord. La venue de la soeur cadette du dirigeant nord-coréen, une équipe commune de hockey sur glace et un défilé sous un même drapeau ne sont pas passés inaperçus. Des symboles forts qui n'ont pas été du goût du Japon et des Etats-Unis, partisans d'une ligne dure à l'égard de la Corée du Nord. Peu de temps avant l'ouverture des J.O., le pays émettait plusieurs timbres célébrant le 70e anniversaire de la fondation de ses forces armées révolutionnaires régulières. Ils succédaient à ceux sortis en décembre 2017 dédiés au lancement du dernier missile balistique intercontinental. Espérons qu'en cette année olympique, les prochains évoqueront moins l'armée et son leader suprême que la paix. Il y a fort à parier que les Jeux actuels donneront lieu à de nouvelles vignettes, surtout si un athlète nord-coréen décroche une médaille. La première participation à des épreuves olympiques date de 1964 avec les Jeux d'hiver d'Innsbruck. La Corée remporte une médaille d'argent en patinage de vitesse, trois timbres sont alors émis. Toujours dans cette discipline, le pays obtient le bronze à Albertville en 1992 sans toutefois donner lieu à une émission, la Corée se réservant pour les J.O. de Barcelone. De nombreux timbres et blocs sont ensuite sortis tant pour les jeux d'hiver que ceux d'été.
En Corée du Nord, le timbre est une affaire sérieuse et officielle. Il dispose comme chez nous de son propre musée créé en mars 1946, rénové en avril 2012. Le discours en revanche n'a pas fait l'objet d'un « lifting ». Ainsi on rappelle que les timbres sont: « consacrés à la vie de nos grands Leaders et à leurs exploits impérissables (...) auxquels s'ajoutent les timbres représentant les différents aspects de la vie du peuple coréen qui fait cas des traditions et coutumes nationaux et reflétant la tendance mondiale du développement des timbres et les goûts des philatélistes. La RPD de Corée est pays membre de la Fédération internationale de Philatélie (FIP) » A propos d'une manifestation en octobre dernier, ce commentaire « On voyait dans les salles d'exposition des photos montrant des timbres-poste représentant les portraits rayonnants des grands Leaders Kim il Sung et Kim Jong il et les exploits mémorables du maréchal Kim Jong un, continuant les idées et l'oeuvre du Dirigeant Kim Jong il en matière d'édification du Parti (...) Y sont présentés également des timbres montrant la réalité de notre pays qui avance impétueusement vers la victoire finale du socialisme (...)» Pas sûr qu'avec ce genre de propos notre Musée du timbre (dont la rénovation avance fort bien) ferait recette et recueillerait l'adhésion du public.
Bonne fête du timbre à vous et à la FFAP avec ses champions olympiques du bénévolat.
Grand format, petit conditionnement : les carnets Croix-Rouge
Les carnets de timbres ont une vocation pratique : pliés en deux, protégeant les timbres par une couverture plus ou moins rigide, ils sont destinés à être gardés sur soi ou dans un tiroir, pour avoir des timbres à disposition en permanence. Tout naturellement, ce format d'émission est associé aux timbres d'usage courant. Mais les grands formats ont aussi leur lot de carnets et, parmi eux, les timbres pour la Croix-Rouge tiennent une place particulièrement importante: coexistant avec les timbres de feuilles, les carnets Croix-Rouge vont finir par devenir leur seul format d'émission. De nombreux carnets vont ainsi voir le jour et, bien que la plupart d'entre eux soient courants et abordables, il s'y niche quelques pépites très intéressantes.
Le délicat démarrage de la desserte postale régulière du Japon
31 aout 1859, la compagnie maritime britannique P&O inaugure sur sa ligne d'Extrême-Orient une nouvelle liaison au départ de la Chine vers le Japon, reliant ainsi Shanghai à Nagasaki. S'il est une destination politiquement sensible dans les années 1850, c'est bien celle-ci: l'acheminement du courrier entre l'Europe et le pays du Soleil Levant est en effet à l'image des relations ambiguës qu'entretiennent alors ces deux mondes.
Immigrations clandestines
C'est par le timbre-poste, la marque ou le timbre à date de départ, que le collectionneur identifie le pays d'origine d'une lettre. Mais, comme dans beaucoup de domaines, il y a des exceptions, amusantes, à rechercher et pas si aisées à découvrir.
La Norvège au temps du roi Haakon VII
En 1905 est dissoute pacifiquement l'union qui associait la Suède et la Norvège depuis 1814 mais il reste à régler la question du régime: monarchie ou république. Finalement l'on choisit la monarchie, et le prince Charles de Danemark, le fils du roi Frédéric VIII de Danemark, est déclaré roi le 18 novembre sous le nom d'Haakon VII après que, le 13 novembre, le peuple norvégien approuve à près de 79 % la monarchie. Durant son règne de plus de 50 ans (de 1905 à 1957), Haakon sera un souverain très aimé de son peuple, et sa popularité va atteindre son apogée grâce à son attitude pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Bornéo, terre d'aventures philatéliques
Bornéo, un nom qui fait rêver mais que sait-on de cette île lointaine, la plus grande au monde par sa superficie après l'Australie, le Groenland et la Nouvelle-Guinée ? Cette vaste région demeure peu collectionnée par les philatélistes français et pourtant elle recèle de grandes richesses allant de pair avec une inévitable complexité. Certaines séries n'affichent pas une cote très élevée et si vous pouvez vous en procurer à bon prix, n'hésitez pas. Les timbres des anciennes colonies se revendent fort bien.
La Régence de Fiume
Chercher aujourd'hui sur une carte la ville de Fiume, et, a fortiori, un Etat émettant des timbres légendés ainsi serait vain. Et pour cause : la ville de Fiume (le fleuve en Italien) ne se situe plus en Italie, mais en Croatie, son nom est maintenant Rijeka (le fleuve en croate !), et n'émet évidemment pas de timbres puisqu'elle fait partie de ce pays sans aucune velléité d'autonomie.
L'organisation des cours pour les surnuméraires
Nous avons tous entendu parler des cours et centres d'instruction avec leurs timbres spécifiques. De nombreux ouvrages et articles leur sont consacrés. Mais l'approche se fait généralement sous l'angle des vignettes qui sont d'ailleurs étudiées comme des timbres normaux avec coins datés, variétés et affranchissements les plus divers. Tout ceci est intéressant, néanmoins il faut constater que l'histoire des cours et l'aspect organisationnel sont rarement abordés. Alors nous vous proposons de combler cette lacune.
On l'appelait « Casque d'or »
Depuis quand vous appelle-t-on Casque d'Or? La question vient d'être posée à Amélie Elie par le président des Assises de la Seine. Extraite de la prison Saint-Lazare où elle est détenue pour racolage sur la voie publique, la jeune femme témoigne au procès de l'un de ses amants, le dénommé Pleigneur, prénom Joseph, alias Manda. A 22 ans, il est le chef de la bande de la rue des Orteaux, dans l'Est parisien. Ils sont ensemble depuis plusieurs années. Ou, du moins, ils l'étaient. Amélie répond : « Mes amis ne m'ont jamais appelée Casque d'Or. C'est les journalistes qui m'ont donné ce nom ». Ce surnom, Amélie le doit à sa chevelure flamboyante. Nous sommes le 2 mai 1902.
La chronique de Socrate : Faut-il collectionner les timbres de pays réputés pour leurs émissions abusives ?
Un fidèle lecteur du magazine Pierre Michel - m'a adressé un courrier intéressant que voici « Lors de recherches de timbres édités à l'occasion des 500 ans de la Réforme de Martin Luther, j'ai vu qu'un certain nombre de timbres proviennent de divers pays d'Afrique (Guinée-Bissau, Gabon, Sierra Léone...) probablement des émissions non reconnues par l'UPU. Votre revue a-t-elle un jour publié un article à ce sujet : timbres officiels et non officiels ? Allez-vous publier une information à ce sujet ? Non pour dévaloriser mais pour informer ? Existe-t-il des catalogues parallèles qui font l'inventaire de ces éditions ?» Merci, cher Pierre, pour votre courrier qui nous donne l'occasion d'ouvrir un vaste débat auquel tous les lecteurs sont invités à participer.
Dans cette affaire de nouveautés, il faut distinguer les faux timbres (que l'on trouve en abondance sur Internet) des émissions abusives qui sont parfaitement légales dès lors qu'elles sont avalisées par la poste locale. Ces dernières se caractérisent souvent par des sujets sans aucun rapport avec les pays émetteurs (ainsi les timbres des Maldives avec en effigie Marilyn Monroe dans des tenues légères alors que cet Etat applique la charia et accepte la lapidation des femmes) et l'abondance de timbres émis. Pour tenter de s'y repérer dans ce fatras d'émissions en tout genre, il existe le site du WNS www.wnsstamps.post/fr proposé par l'UPU. Selon ses promoteurs, « il est le seul système permettant aux opérateurs désignés de faire certifier la légalité de leurs timbres auprès de la communauté philatélique. En l'absence d'instrument juridique international pour lutter contre les émissions illicites et abusives, le système WNS est de fait le seul outil en place disponible à cette fin. »

L'intention est louable mais encore faut-il que toutes les nations y adhèrent. J'ai consulté le site pour les trois pays que vous avez mentionnés. La Guinée figure aux abonnés absents, les dernières émissions enregistrées pour le Gabon datent de 2014, 2005 pour la Sierra Leone. Il reste pour identifier vos timbres les catalogues et leurs sites. Vu la pléthore d'émissions, on ne les retrouve pas forcément toutes, certaines figurant dans le Michel mais pas dans l'Yvert, etc. Timbres magazine a participé il y a quelques années à un séminaire dont l'objet - pour faire court - était de mettre en garde des pays d'émettre des timbres en quantité industrielle au risque de dégoûter les collectionneurs. Quelques-uns ont écouté nos recommandations, d'autres ont continué leurs mauvaises pratiques malgré leurs promesses. Il faut savoir qu'un bon nombre de ces timbres ne vont jamais aux guichets du pays émetteur et sont destinés au marché international, principalement occidental. Demandez aujourd'hui à la poste centrale de Malé (la capitale des Maldives) un timbre à l'effigie de Marilyn. Vous serez prié d'aller vous rhabiller, comme du reste l'actrice américaine de porter le voile si elle était encore de ce monde.
Un certain nombre d'émissions abusives ont entretenu dans le passé des réseaux mafieux et le trafic d'armes. C'est ce que dénonçait en 1999 Gauthier Toulemonde dans son roman fort bien documenté Stamp connexion publié aux Editions Timbropresse.
Qu'en est-il aujourd'hui ? Je n'ai pas les éléments de réponse mais ce que je peux en revanche vous dire, c'est que la pléthore d'émissions tue la philatélie. Dès lors faut-il réserver seize pages dans le magazine dédiées aux nouveautés du monde, je m'interroge. Ne vaudrait-il pas mieux se limiter à des pays sérieux et à quelques thématiques, venant le cas échéant de pays friands des pratiques que nous venons d'évoquer ? La question mérite d'être posée et votre avis nous intéresse.
Chacun est libre de collectionner ce qu'il veut, y compris des timbres de pays réputés pour leurs émissions abusives. Je reconnais qu'il est tentant de s'en procurer, certains entrant dans des diverses thématiques. Le seul conseil que je serai tenté de vous donner, c'est de les « consommer avec modération ».
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques